Université de Napierville

De la crucifixion du Christ


Discours prononcé par le Révérend Cornélius Chasuble de  l'Église Pentateutique des Saints de la Septième Venue du Christ à l'occasion de la biennale sur les erreurs historiques tenue le 22 août 2003 à Saint-Florent-le-Vieil (Var) et à Saint-Gond-du-Girondas (Finistère).

 

(Traduction de Godefroy du Nouveau-Message, esq.)


Monseigneur, chers frères, chères soeurs, chers confrère, chères consoeurs, Monsieur le Maire, Mesdames,

Il est venu à mon attention que certains chrétiens et certaines chrétiennes suivaient, depuis quelque temps, une mode qui veut qu'on l'on remette en doute le fait incontestable que Jésus-Christ, notre Sauveur, ait été crucifié pour effacer cette tare originelle qui nous marque tous depuis qu'Adam et Ève aient, contrairement aux directives reçues du Très-Haut, goûté le fruit drupe d'un certain arbre que l'on consomme encore de nos jours frais ou cuit (en compote, en gelée, en pâtisserie) et dont le jus fermenté fournit le cidre.

 

Il est vrai que les Évangiles nous enseignent que Jésus-Christ a d'abord été condamné par le sanhédrin le soir de la Pâque [juive] même si la loi judaïque de l'époque interdisait au sanhédrin de se réunir durant le temps pascal.

 

Il est vrai également que les Évangiles précisent que ce même sanhédrin, l'ayant condamné à mort, a fait appel à Ponce Pilate pour qu'il soit crucifié ; or, le sanhédrin aurait pu tout aussi bien condamner Jésus à être lapidé - ce qui était la coutume de l'époque - sans passer par le gouverneur de la Judée.

 

Il n'est pas dit ce pourquoi le sanhédrin a condamné Jésus. - Il est cependant généralement admis et historiquement exact que la crucifixion était, dans l'Empire Romain réservé qu'aux personnes ayant commis un crime contre l'état. - Quel crime aurait-il alors commis pour être ainsi traité ?

 

Le titre «Roi des Juifs» est mentionné dans les quatre Évangiles... - Serait-il que Jésus-Christ, notre Sauveur, ait eu des velléités monarchiques qui attirèrent sur lui l'attention des Romains ?

 

Une explication récente nous a été fournie par le Révérend Giuseppe Larose de l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ :

 

Les Évangiles, écrit-il, ont été composés après la révolte juive de 69 à 74 a.d., c'est-à-dire, au moment où, à toutes fins utiles, le judaïsme n'existe plus en tant qu'organisation sociale, politique ou militaire. Or, poursuit-il, il faut se rappeler que ces Évangiles étaient surtout destinés aux gentils, c'est-à-dire aux Grecs et aux Romains (particulièrement aux Romains) et qu'il eut été malhabile de leur imputer la mort du Christ. - Aussi, le blâme en a été transféré aux Juifs.

Habile interprétation.

 

Jésus-Christ révolutionnaire ? Anti-romain ? - Voila ce qui expliquerait sa condamnation par une administration romaine et une cour romaine à une sentence romaine exécutée par des soldats romains.

 

Oui mais Pilate ne s'en est-il pas lavé les mains ? n'a-t-il pas offert à la foule le choix entre Barrabas et Jésus (selon une coutume du temps de Pâque) ? - Autre invention nous dit le Révérend Larose : une telle coutume n'a jamais existé dans l'Empire Romain. - Il existe cependant une autre coutume qui veut qu'un homme condamné à la crucifixion ne soit pas inhumé mais laissé sur sa croix jusqu'à ce que son cadavre se décompose ou soit dévoré sur place par des oiseaux. - Et puis voilà qu'on apprend que Joseph d'Arimathie, celui-là même qui alla réclamer à Pilate le corps de Jésus était un membre du sanhédrin...

 

Graves questions.

 

Quant à la crucifixion elle-même, tout dans les Évangiles nous portent à croire qu'elle s'est déroulée presque en privé et dans des circonstances assez particulières :

 

  a) Jésus est mort très rapidement - ce qui est assez inhabituel dans le cas d'une crucifixion

  b) On lui donne du vinaigre à boire : un stimulant

  c) On ne lui brise pas les jambes - ce qui était coutume...

Mort crucifié, Jésus ? Pour des crimes commis contre la nation juive ?

 

Il faut le croire car à quoi ressemblerait notre signe de croix si Jésus, condamné par le sanhédrin, eut été lapidé ? Ou, pire encore, s'il eut été empalé ?

15-04

Retour, si vous êtes venu parlà, à : Ponce-Pilate

 

Sinon, voir à : Sandra Bullock

Ou encore aux : Miladys


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru