Transport

(Où il est question des nombreuses et multiples suggestions
du Professeur Marshall dans le domaine du transport)

Note :

Bien avant l'existence d'un centre de recherches à l'Université de Napierville dans le domaine du transport automobile du centre-ville (de Montréal) aux banlieues de la Rive-Sud (mais non limité aux villes riveraines), (le CRUdeNapTCBMNLVR) dont le budget est en majeure partie financé par la Fondation Vatfair-Fair for the Advancement of Commuting Related Solutions, existait un mouvement, engendré par le Grand Marshall.

Il faut ainsi comprendre que les buts visés par ce Centre de Recherches n'ont jamais été limités aux seuls problèmes de la véhiculation des banlieusards mais à tout le transport en général, y compris le transport de l'énergie et des marchandises périssables.

Le transport et la circulation, pour ceux qui connaissent quelque peu l'histoire, ont toujours été au centre des intérêts de la famille de celui qui dirige depuis des années ce CRUdeNapTCBMNLVR en la personne du Professeur Marshall, titulaire de la Chaire de Séismologie Appliquée de l'UdeNap.

On n'a qu'à se rappeler de Marshaluk l'Ancien, directeur de circulation à Ur, en Chaldée.


Voici, en quelques lignes la liste des suggestions du Professeur Marshall pour enrayer les problèmes de la circulation entre (mais non exclusivement entre) le centre-ville de Montréal et sa banlieue sud :
  • le gel permanent du fleuve créant ainsi un pont de glace sur lequel les automobilistes pourraient circuler d'une rive à l'autre sans avoir à passer par ces ponts classiques, si encombrés
  • le prolongement de la rue McGill jusqu'au Boulevard Saint-Joseph, ce qui aurait pour effet de dégager plus rapidement le centre-ville et de permettre aux banlieusards d'emprunter les artères menant aux ponts plus facilement [1]
  • l'ajout de sorties (et d'entrées) au Boulevard Métropolitain (avec feux de circulation à toutes les intersections) pour permettre le dégagement plus rapide de ce boulevard lors des carambolages
  • rabaissement de ce même boulevard et élévation de l'autoroute Décarie pour éviter ainsi ces mêmes carambolages en réduisant la vitesse de la circulation
  • la transformation du Boulevard Métropolitain en mine de sel et revente de ce sel pour financer d'autres boulevards similaires (cette mine ne serait opérationnelle qu'en hiver seulement)
  • l'utilisation de convois automobiles sur les rails désaffectés avec super-automobiles pour tirer des convois d'automobiles ordinaires, ce qui implique des créations d'horaire, l'utilisation de ballons pour tirer ces convois, etc. (détails à suivre)
  • la transformation des automobiles en maisonnettes transformant les banlieues en habitacle mobile
  • l'installation de convoyeurs à ruban entre les grands centres car c'est connu qu'il n'y a jamais d'embouteillages sur ces convoyeurs
  • les élévateurs horizontaux entre ces mêmes centres (chose déjà en opération sur le campus de l'UdeNap)
  • le déchargement massif de buvards dans les cours d'eau (une suggestion analogue à celle de geler le Fleuve en permanence)
  • la renumérotation des parallèles déplaçant ainsi les belles routes américaines en banlieue de Montréal
  • la signalisation littéraire (Proust, Joyce, Dickens...) pour désennuyer les automobilistes (cette dernière suggestion à être combinée avec celle des culturo-routes ou routes culturelles)
  • la circulation à gauche, d'abord des camions, ensuite des automobiles, l'expérience ayant démontré que le pourcentage per capita d'accidents en Angleterre (où la circulation est à gauche) est inférieur à notre moyenne nationale
  • le nanisme dans les générations montantes (transformation génétique des futurs automobilistes) : plus petites voitures, moins d'espace occupé par elle, etc.
  • le duodecadem (sorte de tandem à douze places)
  • les ballons dirigeables (ou non)
  • les rouleaux-buvards pour assécher les routes lors des grandes pluies
  • les routes «courbes» (utilisation concrète de la théorie de la relativité)
  • les montagnes-russes-routes entre Napierville et Québec
  • organisation de téléphériques montérégiens (précédé d'un ajout à ces monts : le Mont Marshall, à Napierville)
  • les routes «roulantes» avec automobiles stationnaires
  • la lumière noire (répartition plus uniforme des quarts de travail)
  • la plastification des bottes et des pneus (détails à suivre)
  • la taxe sur les véhicules en hauteur (T.V.H.)
  • l'enrôlement systématique des automobilistes dans le Club Optimiste
  • les autos-icebergs, congelant et décongelant mécaniquement l'eau qui les entoure lors des traversés fluviales
  • les hélicoptères amphibies
  • la publicité sous-marine
  • les autos dégonflables
  • les routes parallèles dénivelées
  • la «démobile»
  • l'«olfactaumobile» (isolée au Map-O-Spread)
  • le passage des automobilistes aux feux rouges
  • les ponts payants (chaque automobiliste obligé de les traverser en périodes de pointe reçoit un paiement proportionnel au temps passé sur ces ponts)
  • le rallongement des boulevards vers les banlieues (créant, de ce fait, une plus grande place pour les automobilistes ou, à défaut, des routes où on pourrait circuler plus rapidement)
  • le piedtro (déplacement des plates-formes des métros)
  • l'heure avancée-avancée de l'est (ce projet est au stade de la rédaction)
  • les aéroports souterrains
  • la vente des tronçons de routes inutiles
  • la construction des ponts «longs» avant les ponts «courts» (les ponts «longs» étant en principe moins chers au mètre linéaire que les ponts «courts»)
  • le raffermissement des berges du Saint-Laurent (pour éviter que les ponts soient de plus en plus longs)
  • les banlieues sous-fluviales
  • les ponts aimantés (circulation en dessous comme sur le dessus)
  • récupération de l'énergie dégagée par la chute du dollar (et de celles des véhicules dans les embouteillages)
  • interdiction aux automobiles non complètes de circuler (ce qui nous débarrasserait des statistiques fractionnelles)
  • les automobiles en pièces détachées pour alléger les poids de ces mêmes automobiles
  • Phares alimentés par des vers luisants ou par des anguilles électriques pour diminuer la consommation d'essence
  • L'auto-bourassisme et le jumelage de villes éloignées
  • La réorientation de l'axe terrestre (déplacement de la neige vers les océans)
  • Des échangeurs aux bretelles élastiques
  • Des permis de conduire «auto» modifiables (modifiables par les autres automobilistes)
  • Faire couler le Fleuve Saint-Laurent en plein centre de l'Ile de Montréal pour ainsi couper les problèmes de la circulation en deux
  • Bâtir de nouveaux édifices sur pilotis, directement dans le Fleuve, rapprochant ainsi la banlieue du centre-ville
  • Ériger ces nouveaux édifices sur des bateaux, permettant leur déplacement vers leurs occupants aux heures de pointe
  • L'essence à l'ail
  • etc., etc

[1] Cette suggestion va de pair avec celle de transformer le Carré Saint-Louis en port de mer pour : a) attirer les touristes et b) permettre aux traversiers de se rendre plus près de leur véritable destination.


Retour, si vous êtes venu par là, à : Charles de Beauharnois

Sinon, voir à : Chronique décorative (sur le Japon)

Ou encore à : Orlando di Lasso


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru