Caïn

Une production Coopératio Inc. - 35 mm, noir et blanc, 76 minutes, 1965

D'après un roman inédit de Réal Giguère, « Les marcheurs de la nuit ».

Mise en scène : Pierre Patry.

Adaptation cinématographique : Pierre Patry, Jean-Claude Lord et Louise Beaulieu. 

Texte : Hubert Aquin, d'après un scénario de Jacques Proulx.

Directeurs de la production : Pierre Patry et Jean Roy. 

Avec : Réal Giguère, Ginette Letondal, Yves Létourneau, Gabbi Sylvain, Yvon Dufour, Ronald France, Gaétane Létourneau, Teddy Burns-Goulet et Rose Rey Duzil.

Équipe de tournage :

Directeur de la photographie : Jean Roy. 
1er assistant cameraman : Claude Charron. 
2e assistant cameraman : Alain Dostie. 
Photographe : Martial Filion.
Publicité : Joachin Cornelier et André Lafrance. 
Machinistes : Walter Allen et Roger Tremblay. 
Ingénieur du son : Yvon Bertrand.
Perchiste : Serge Beauchemin. 
Repiquage : Joseph Champagne. 
Mixage : Omega Production : Yvan Nicolov. 
Assistante générale : Raymonde Roy. 
Adjoint à la production : Michel Maheu. 
Assistant réalisateur : Jean-Claude Lord. 
Régisseur : Bernard Lalonde. 
Script-girl : Louise Beaulieu. 
Monteur : Lucien Marleau. 
Assistant monteur : Jean-Pierre Masse et Yves Langlois. 
Monteur sonore : Bernard Bordeleau. 
Monteur négatif : Lyse Savard. 
Musiques : Jean Cousineau (Édition Dinamic).
Enregistrement : Roger Bélair. 
Chanson "La Ballade des pendus" - Paroles : François Villon.
Chanson "Les Chansons d'antan" - Paroles : Marie Sénécal. 

Collaborateurs : 

Salon Art et Coiffure de Paris
Maison Jules D'Alcantara (fleuriste)
Gagné Automobile Ltée
Maison Lajeunesse Inc.

Services techniques :

Trans-World Film Laboratories
Omega Production Inc.
Les Films Delta Inc., Bill Fowler, 
J. P. Paquette Transport
Techno Film, Walter C. Allan Inc.
Claude Charron Photo
Les laboratoires Mont-Royal Inc. 

Tournage : Du 9 novembre au 12 dcembre 1964, à Montréal

Coût : 87 000 $

Titre de travail : Les marcheurs de la nuit

Résumé :

À Montréal, une nuit, un inconnu (qu'on apprend par la suite se nommer Luc) tue une femme près d'une porte d'où sort, peu de temps après un peintre qui se nomme Verral et qu'on retrouve presque immédiatement après, dans un bar, en compagnie d'une femme prénommée Olga à qui il dit qu'elle lui fait beaucoup penser à l'épouse, qu'il a jadis aimée, de son frère (le Luc en question).

Retournant chez lui, il reconnaît, dans la femme tuée au début, sa maîtresse Nicole.

Il retourne voir Olga mais s'aperçoit qu'elle n'est plus seule.

Le lendemain, il la rencontre à nouveau et termine son récit au cours duquel il lui explique qu'ayant séduit la femme de son frère, elle est morte peu de temps après dans un accident de voiture.

Olga et lui tombent amoureux puis se marient

Le soir des noces, Luc vient les rejoindre à leur appartement pour informer son frère qu'Olga est une prostituée qu'il a engagée pour se venger et que c'est lui l'auteur du meurtre de sa maîtresse.

Verral reste seul.

Bibliographie :

CARRIERE, Louise et autres, Femmes et cinéma québécois, 1983, p. 58.

DAUDELIN, Robert, Vingt ans de cinéma au Canada français, 1967, p. 52.

FAVREAU, Michèle, "Grande première de Caïn", La Presse, 6 avril 1965.

HOULE, Michel et Alain JULIEN, Dictionnaire du cinéma québécois, 1978, p. 235.

HOULE, Michel, dans VERONNEAU, Pierre, dir. et autres, Les Cinémas canadiens, 1978, p. 142-144.

MARSOLAIS, Gilles, Le cinéma canadien, 1968, p. 90.

OFFICE CATHOLIQUE NATIONAL DES TECHNIQUES DE DIFFUSION, Recueil des films de 1965, p. 37. 

PAQUET, André, L'Action, 14 mai 1965.

PONTAUT, Alain, "L'oeil était dans la tombe...", Le Devoir, 6 avril 1965.

PREDAL, Ren, Jeune cinéma canadien, 1967, p. 129.

SAINTE-MARIE, Gilles, Objectif, 33, août 1965, 41-43.

TURNER, D. John, Index des films canadiens de long métrage, 1913-1985, 1986, p. 55.

WALSER, Lise, Répertoire des longs métrages produits au Québec, 1960-1970, p. 27.

 


Retour, si vous êtes venu par là, à : Henri Marshall-de-Tout-bois

Sinon, voir à : Jean Cocteau

Ou encore à : John Derek

accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Jean Sérien - Georges de Napierville.