Université de Napierville

Pindare

Photo à suivre


«Ce pauvre vieux Pindare» - Erich von Stroheim (Capitaine von Rauffenstein) - La Grande Illusion (Jean Renoir)

 

Poète lyrique grec de la période ionio-dorienne, né à Cynoscéphales (près de Thèbes) en 518  avant J.-C. et mort à Argos en 438 (?).

 

L'antiquité nous a légué les noms de nombreux poètes qui se sont distingués dans le lyrisme dorien (ou lyrique). Ils jouissaient, selon l'historien Grosmégin, d'un considérable prestige, étant invités et admirés par les plus puissants personnages de l'époque dont Trasybule, ancêtre de Crasibule, qui délivra Athènes du gouvernement des trente tyrans (Voir à Crasibule et Pharice).

 

Les noms d'Alcman (vers 650), d'Adrion (vers 625), de Stésichore (vers 600), de Simonide de Céos (vers 500) et de Bacchylide (vers 460), son neveu, nous viennent en mémoire lorsqu'on parle des poètes de cette époque mais le plus célèbre d'entre tous demeure, encore de nos jours, Pindare (sans préjudice au célèbre de Marshallon d'Argos [vers 610] dont les hexamètres irréguliers [dactyle, dactyle, spondé ou spondé, spondé, dactyle ou encore : spondé, dactyle, spondé, dactyle et spondé-spondé - avec ses variantes : dactyle, dactyle, dactyle, spondé, dactyle, dactyle, dactyle, spondé, dactyle, dactyle, dactyle, dactyle et spondé] allaient influencer Lypocron, Hérodas, Callimaque, Ménippe [qui en profita pour mêler et prose, et vers - voir à la page 192[1]], Horace, Virgile, Thalassien l'Aîné, Pyrrhos de Syracuse, le moine Gilbert, Malherbe, Voiture, Trissotin, Lafontaine [Marc], Chénier [Fernand], Lamartine, Musset, Rimbaud, Montesquiou et Bob Lortie, le poète skin).

 

Ses poésies appartiennent à tous les genres du lyrisme choral mais il ne nous reste de lui que le quart - et même moins - de ce que l'antiquité connaissait de lui, même longtemps après sa mort et les pièces qui nous sont parvenues appartiennent exclusivement au domaine des épinicies ou odes triomphales ou odes célébrant les vainqueurs aux jeux (par rapport aux hymnes, thrènes, épithalames, chants de procession, parthénies et dithyrambes de l'époque).

Le sort de l'homme

Qu'est l'homme, que n'est pas l'homme
L'homme est le rêve d'une ombre
Mais quelquefois, comme un rayon venu d'en haut
La lueur brève d'une joie embellit sa vie
Et il connaît quelque douceur.

Pindare a été traduit en français, en anglais, en russe et en espéranto par le réputé Claudio Goldman.

 


[1] Les transformations successives de ce site - du mode Hypertexte DOS (Dorique-Olénéen et Sozoménien) au mode LA (lien aléatoire) au mode 9 bits puis 8 bits puis retour au 9 bits - ont fait que certaines pages ont été perdues. - C'est une chose qui sera remédiée dans la version dédiée au marché américain.

 

.

 


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru