Université de Napierville

Saint-Paul-d'Acton

Photo à suivre


À moins de deux heures de Napierville, se trouve cette charmante municipalité, fondée en 1748, et qui est, après Québec et Ville-Mont-Royal[1], la troisième en importance en Amérique du Nord complètement ceinte de remparts.

Surnommé  «le plus parfait des villages» par l'Association Touristique du Centre du Québec et de l'Abitibi-Témiscamingue, Saint-Paul d'Acton doit sa renommée à son site exceptionnel, sa Grande Place et son festival annuel qui attire depuis 1959 des visiteurs du monde entier.

Nommé en l'honneur de l'apôtre des gentils, Saint-Paul-d'Acton doit également son nom au Chevalier Jehan le Bayard d'Acton (1708-1760), sieur de Neuzeit et époux de Marie de Lotbinière, qui est venu s'y installer en 1746.

Bâti (à l'origine) sur les plans d'une place forte, Saint-Paul-d'Acton doit sa conservation à l'immense oubli dans lequel il est tombé, de la Conquête (1760-1763) à l'Union du Bas et du Haut-Canada en 1840.

Bien installés au fond d'une forêt domaniale, son château, son donjon et ses remparts ont en effet été ignorés pendant presque cent ans un peu à la manière de ces petits villages de Gascogne, de l'Alsace ou de l'arrière-pays niçois qui, malgré les guerres, les envahissements et l'âge sont demeurés presque intacts comme si la vie, chez eux, s'était arrêtée à une certaine époque.

Fait exceptionnel dans le cas de Saint-Paul-d'Acton, c'est que la vie semble s'y être arrêtée non pas en 1760 mais presque cinq cents ans plus tôt, son fondateur, le Chevalier Jehan le Bayard, grand connaisseur du Moyen-Âge ayant en effet construit son village comme s'il s'agissait d'une place fortifiée du XIe ou XIIe siècle.

Le visiteur qui arrive à Saint-Paul-d'Acton pour la première fois se trouve de ce fait étonné de retrouver des remparts munis de créneaux, des mâchicoulis, des tours de garde et même un pont-levis qui semblent surgir directement de l'époque des troubadours et des princesses attendant le retour de leurs maîtres partis combattre au loin pour la gloire et la défense de leur pays.

L'incendie de 1872 et celui de 1943 ont détruit une bonne partie de ces installations. Elles n'ont été reconstruites (en contre-plaqué) qu'à partir de 1952 grâce aux généreux dons et au dévouement d'un descendant de Jehan le Bayard, Raynald Ouellette, richissime propriétaire de dépôts de bauxite en Australie.

À partir de 1952, en effet, et se basant sur des plans datant d'avant la Conquête, Raynald Ouellette a fait reconstruire ce qui devait, à l'origine, être le château de Saint-Paul-d'Acton jusque dans ses moindres détails n'y ajoutant que des kiosques et des immeubles pour y accueillir les visiteurs plus un terrain de camping à proximité.

Le site ouvrit ses portes en 1959 et depuis, à chaque année, durant tous les mois de juillet et d'août, s'y déroule le célèbre Festival Médiéval de Saint-Paul-d'Acton qui accueille des visiteurs de plus en plus nombreux. - Le reste de l'année, le village «à Ouellette» (comme on l'appelle localement) sert de centre d'interprétation de la nature et de la vie, telle qu'on la menait à l'époque de Geneviève de Brabant.

Vue aérienne du site de Saint-Paul-d'Acton avant l'incendie de 1943.

(Don de Monsieur Jean Valiquette

de l'Institut de Castellologie de Drummondville et

fondateur de la Société des Amis du Château Médiéval d'Acton [SACMA])

(Cliquez pour agrandir)


Saint-Paul-d'Acton tente, depuis plusieurs années, d'être jumelé avec la ville de Villandrault (Langdon, Gironde) où se trouve un important château construit par l'archevêque de Bordeaux, Bertrand de Got, qui fut de 1305 à 1314, sous le nom de Clément V, le premier pape d'Avignon.

Quant à Saint-Paul-d'Acton lui-même, on lui doit une importante somme dogmatique anti-apophatique sur laquelle les exégètes se penchent depuis des années.


[1] La Ville de Mont-Royal fut pendant quelques mois, en l'an 2003-2004, un quartier de Montréal

 

Voir à Festivals (Centre du Québec)

Retour à la route qui mène de Saint-Romuald-d'Etchemin à Napierville


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru