Université de Napierville

Renée Adorée

adoree_renee.jpg (8380 bytes)


Selon les sources consultées, Renée Adorée serait née Jeanne de la Fonte, à Lille, en France, le 30 septembre 1898 mais peut-être aussi Émilie Louise Victorine à Reeves, dans le district d'Altona, à Hamburg le même jour mais un an plus tôt.- Les détails sur ses origines, son enfance ou même sa jeunesse ont toujours été et demeurent encore aujourd'hui d'une très grande imprécision. - Sa courte carrière, les circonstances de sa mort, les films dans lesquels elle a tourné, les comédiens avec qui elle a joué, y sont peut-être pour quelque chose : elle était et demeure cette femme mystérieuse, fragile, quelque peu évanescente, venue de nulle part et qui allait disparaître avant d'avoir donné sa pleine mesure.On sait qu'elle est d'origine française et ses plus fiables biographes, se copiant entre eux, persistent à dire qu'elle fut découverte «en Europe» par des producteurs de New York et qu'à cause de cela, elle se serait retrouvée comédienne à Broadway en 1920. D'autres, moins fiables racontent qu'elle se trouvait en Russie, en tournée théâtrale (à seize ans ?), au tout début de la Grande Guerre et que de là elle serait passée - Dieu sait comment - en Angleterre puis finalement aux États-Unis au début des années vingt mais, fait curieux dans une carrière cinématographique somme toute relativement courte, on la sait vedette dans un film de Claude Fleming, un acteur-réalisateur aujourd'hui oublié, intitulé 500 Pounds Rewards et qui lui date de 1918 et qui, de plus, fut tourné en Australie...

Quoiqu'il en soit, son premier film hollywoodien, c'est sous la direction de Raoul Walsh (1887-1980), réalisateur de 131 films entre 1911 et 1964 - dont un célèbre Gentlemen Jim en 1942- qu'elle le tourne. Le film s'intitule The Strongest et l'année est 1921.

En 1922, après quelques rôles mineurs, elle tourne pour la première fois avec John Gilbert dans Monte Cristo d'Emmett J. Flynn mais toujours en arrière-plan. - La même année, elle joue le rôle de l'amante dans Day Dreams, un deux-bobines de Buster Keaton. - En 1923, elle tourne dans d'autres productions, parfois dans un rôle secondaire, parfois dans un rôle principal puis en 1924, on lui fait tourner son premier grand rôle avec le même Gilbert : A Man's Mate (Edmund Mortimer). - Le film n'a pas beaucoup de succès mais on est à la veille de la grande période de Gilbert ; l'année suivante, à ses côtés, en Mélisande dans The Big Parade, le public découvre en eux le couple idéal. - Ce film, on s'en souviendra, raconte l'histoire d'un soldat américain (John Gilbert) qui, au cours de la Grande Guerre, tombe amoureux d'une jeune française (Renée Adorée).

En 1925, elle est Fifi dans The Blackbird au côté de Lon Chaney (Tod Browning). En 1926, Musette dans La Bohème de King Vidor (John Gilbert - encore une fois - en Rodolphe - mais avec Lillian Gish en Mimi), une danseuse exotique dans Exquisite Sinner de Josef von Sternberg (voir photo ci-dessous), Peggy Nolan dans Blarney de Marcel De Sano, Jeanne-Marie dans The Flaming Forest de Reginald Barker, Carita dans Tin Gods de Allan Dwan, etc., etc.

En 1927, 1928 et 1929, elle continue de tourner mais on la sent de plus en plus mal dans sa peau. Seules ses prestations dans A Certain Young Man (Hobart Henley) et Forbidden Hours (Harry Beaumont), tous les deux datant de 1928, s'élèvent au-dessus d'une série de films sans intérêt.

Sa santé est chancelante.

En 1930, elle tourne son dernier film au côté de Gilbert encore une fois : Redemption de Fred Niblo. Ce film marque le début de la fin pour son partenaire qui est devenu trop exigeant, demande trop d'argent et qu'on va bientôt remplacer par Clark Gable. Puis, une toute dernière fois, elle tourne encore, mais dans un rôle secondaire, au côté d'un autre acteur sur son déclin, Ramon Novarro, dans une comédie musicale (sic) intitulée Call of the Flesh de Charles Brabin.

Atteinte de tuberculose, elle meurt peu après son trente-cinquième anniversaire, le 5 octobre 1933 à Tujunga, en Californie.

adoree_renee_1.jpg (70669 bytes)

Renée Adorée dans Exquisite Sinner (1925)

 

Retour, si vous êtes venu par là, à : Alphonse Allais

Sinon, voir à : Calendrier

Ou encore au
: Festival du cinéma de Napierville


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru