Université de Napierville

Ben-Hur

wallace_lew_1.jpg (97352 bytes)

Ci-dessus : le Général Lew Wallace, auteur de Ben Hur


Un peu d'histoire :

Monocacy, 9 juillet 1864 :

La petite ville de Monocacy, cinq kilomètres au sud de Frederick, ne figure que sur quelques plans routiers de l'état du Maryland. Un parc national (National Battlefield) pourtant s'y trouve mais, pour obtenir de plus amples renseignements sur la bataille qui s'y est déroulée le 9 juillet 1864, on doit, si on ne peut s'y rendre, consulter un livre - et un livre sérieux - sur la Guerre Civile Américaine.

Monacacy n'a pas le prestige des grandes batailles : Gettysburg, Antietam, Manassas (Bull Run I et II), Fredericksburg, Chancerlorsville, Chickamauga, Chattanooga ou même Shiloh.

Comparativement aux forces en présence à Gettysburg (170 000),  Antietam (130 000), Chancerlorsville (190 000) et Fredericksburg (200 000), la bataille de Monocacy, avec ses moins de 20 000 combattants (14 000[*] du côté des Sudistes, 5 800 du côté des forces de l'Union), aurait pu passer pour une escarmouche mais voilà : les historiens s'accordent à dire que le Général Lew Wallace qui dirigeait cette journée-là les forces nordistes - et qui selon tous les critères a perdu cette bataille - a su empêcher les forces du sud de se rendre jusqu'à Washington, le temps que des renforts puisse y être envoyés.

[*] Les estimations varient. - 12, 000 selon certains, 18,000 selon d'autres.

Ce général, à cause de ce fait d'armes, se crut destiné à jouer un plus grand rôle dans les combats qui allaient suivre mais l'armée en décida autrement. Cantonné a Washington jusqu'à la fin de la guerre, il eut pour seul honneur celui d'être un juge à un des nombreux procès pour trahison qui suivirent l'assassinat de Lincoln.

En 1865, il tenta de rejoindre les forces de Juarez (Benito Juárez García - San Pablo Guelatao 1806 - Mexico 1872) au Mexique (contre l'empereur Maximillien, le frère cadet de l'empereur François-Joseph, choisi comme empereur du Mexique par Napoléon III en 1864) mais ne put lever ni assez de fonds, ni un nombre suffisant de soldats pour ce faire.

De 1865 à 1878, il se mêla quelque peu de politique mais se tourna surtout vers l'écriture. - De 1875 à 1878, il fut ambassadeur au Caraguay, de 1878 à 1881, il fut gouverneur du Nouveau Mexique puis de 1881 à 1885, ambassadeur en Turquie (empire Ottoman) auprès du Sultan Abdul Hamid II.(on écrit aussi Abdülhamid).

En 1905, il s'éteignit paisiblement, à 78 ans, non sans avoir écrit une foule de livres dont :

  • The Fair God en 1873 (date du publication)
  • Ben Hur, A Tale of the Christ en 1880
  • The Life of Ben Harrison en 1888
  • The Boyhood of Christ en 1888
  • The Prince of India en 1893
  • The Wooing of Malkatoon en 1897

et des mémoires qui furent publiés après sa mort en 1906.

Sa personnalité n'a jamais fait l'objet d'éloges ni de commentaires et quoique son livre, Ben Hur, a Tale of Christ, connut un immense succès, il demeura un auteur plus ou moins connu.

Ben Hur, le livre

Ben Hur, A Tale of The Christ fut le best-seller du XIXe siècle, toutes langues confondues. Jusqu'en 1930, les ventes de ce livre aux États-Unis ne furent dépassées que par celles de la Bible. Dès 1885, des traductions parurent dans le monde entier et Ben Hur continue d'être imprimé et vendu encore de nos jours.

Adapté pour le théâtre par William Young en 1899, Ben Hur fut joué, à Broadway, puis en tournée, en Amérique du Nord, en Europe et en Australie, presque sans interruption jusqu'en 1921.

La course de chars était, naturellement, le clou de ce spectacle. Pour ce faire, on utilisait huit chevaux attelés à deux chariots (celui de Ben Hur et celui de Messala), chacun sur une trépigneuse (treadmill) pendant qu'en arrière-scène on déroulait une toile mesurant dix mètres de hauteur qu'on faisait tourner en sens inverse. - Quand une roue du char de Messala tombait, le spectacle était terminé. - On estime que près de 20 000 000 de spectateurs auraient assister à l'une ou l'autre de ses représentations au cours des 22 ans qu'elle a été donnée.

Ben Hur, le film

Les cinéphiles contemporains se souviendront du Ben Hur de William Wyler (1959). Certains d'entre eux auront peut-être vu la version de 1925 qu'on attribue généralement à J. J. Cohn mais à laquelle ont participés pas moins de trois autres réalisateurs mais les deux ont été précédées en 1907 par un film qui a fait histoire :

Le premier Ben Hur fut un deux-bobines (15 minutes) tourné par un certain Sydney Olcott avec, dans le rôle titre, un plus incertain Hermann Rottger. - Les autres acteurs demeurent inconnus et nous n'avons pu obtenir la confirmation que des copies de ce film existeraient encore.

Du réalisateur, Sudney Olcott, on sait qu'il est né à Toronto en 1873, qu'il était déjà réalisateur en 1907 (Way Down East, un film dans lequel un scénariste, Gene Gauthier avait la vedette), qu'il a réalisé une cinquantaine de films jusqu'en 1927 (dont Monsieur Beaucaire avec Rudolph Valentino en 1924) et qu'il est décédé en 1949 mais rien d'autre.

D'Hermann Rottger, on ne sait encore moins sauf qu'il n'a tourné qu'un rôle au cinéma et c'était celui-là.

Selon les descriptions de l'époque, Ben Hur n'était pas condamné aux galères mais la course de chars devait décider de sa vie ou non. - Cette course était, à toutes fins utiles, une version à peu près identique à celle qu'on pouvait voir au théâtre sauf que les chars couraient en rond dans un cirque dont les décors - et les spectateurs - étaient dessinés sur une toile en demi-cercle. - La caméra, elle, était au beau fixe et il fallait revenir pour les close-up.

Ce film n'eut aucun succès du fait que la succession de Lew Wallace en empêcha la distribution entamant un célèbre procès qui allait décider si les films étaient assujettis à la loi des copyrights ou aux droits d'auteur. La cour décida que oui.

Pour la suite :

Ben Hur 1925

Ben Hur 1959

 

Retour, si vous êtes venu par là, à : Bix Beiderbecke

 

Sinon, voir à : Blind Willie lessard

 

Ou encore au : Festival du cinéma de Napierville


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru