Église Baptiste des Saints du Beau Christ

L'église baptiste des Saints du Beau Christ de Saint-Éman (c. 1950)

Église congrégationaliste luthérienne non conformiste à tendance piétiste et au rationalisme déiste, l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ (ou The Baptits Chuch of the Saints of Finer Christ) fut fondée en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle en réaction contre les idées de Locke, Stock et Barrel.

Largement répandues au XIXe siècle (Irlande, Écosse, Pays de Galle, l'île de Man l'île de Wight et certaines parties de Pimlico), les idées de l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ furent introduites en Amérique par le Révérend Pasteur Oliver Wendell Douglas (1813-1860) qui en fit la base d'un mouvement ultra-conservateur largement influencé par les idées commerciales de son disciple Joe E. Brown.

Fin de l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ d'Angleterre, début de l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ des Amériques.

À la mort d'Oliver Wendell Douglas, Joe E. Brown donna au mouvement une impulsion qui en fit une des toutes premières puissances apostoliques américaines, instaurant le système des pasteurs itinérants (traveling preachers) dont la mission était de répandre la parole de Dieu dans tous les états et toutes les villes des États-Unis.

Les grandes croisades des traveling p reachers browniens firent leur apparition peu après la Guerre Civile et, en quelques années, bien avant l'omniprésence des tentes de Phineas Taylor Barnum, on pouvait voir sur tout le territoire des U.S.A. celles de Brown se déplacer de villages en villages, de villes en villes et d'états en états.

Sur ces tentes, des slogans qui se lisaient :

«Une Bible gratuite pour chaque citoyen !»

«Le Christ a besoin de vous !»

«Donnez généreusement !»

Le reste suivit : un système central de comptabilité, un conseil d'administration, un siège social et des filiales à l'échelle nationale.  - L'Église Baptiste des Saints du Beau Christ devint ainsi, en quelques années, l'Église la plus moderne et la mieux organisée financièrement en Amérique.

Au début du siècle dernier, ses membres se comptaient par centaines de milliers et l''on pouvait lire sa devise partout :

«Jésus Christ est mon banquier»

Seule Église à offrir un nettoyage de tapis gratuit à ses nouveaux membres, l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ eut à subir dans les années vingt et trente divers procès pour fraudes, ventes pyramidales, détournements de fonds et autres irrégularités. Le nombre de ses adhérents périclita dangereusement.

Nommé président à vie en 1950, son directeur d'alors, le Révérend Mortimer Smith, entreprit, avec la venue de la télévision, une grande réforme.

Il déménagea son siège social de Newport, Rhode Island à Omaha dans le Nebraska (pour être, disait-il plus près de ses fidèles), instaura le système des commissions (pour ses preachers), fonda la Société de Prêts Mutuels des Saints du Beau Christ, fit construire un centre baptismal avec hôtels, garderies, restaurants et complexe sportif (deux golfs et un stade pouvant accuiellir 40 000 spectateurs) et reprit le slogan de son fondateur :

«Remise de 10% sur tout achat comptant».

En l'espace de quelques années, l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ, moribonde à la fin des années quarante, devint une puissance financière redoutable.

Aujourd'hui, sous la directive de Nick Kostanza, l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ est, avec son capital de $12 milliards US et ses revenus annuels dépassant les six cents millions US ($634 millions en l'an 2009), une réussite commerciale.

Une chapelle de l'Église Baptiste des Saints du Beau Christ  a été érigée à Saint-Éman, dans les environs de Napierville en 1912. - Abandonnée en 1948 lors du scandale de la taxe volontaire, elle fut reprise par une société financière de l'Alberta, transformée en magasin général puis, en 1987, en bowling.


 

- Texte : Hadrien Monette, s.j.


Retour, si vous êtes venu par là à :

l'Église pentateutique des Saints de la Septième Venue du Christ

Sinon, voir à : Vale

Ou encore à : Aceto


© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru