W. W. Stone

Célèbre avocat né en 1883 à Sens (Yvonne) de parents américains, décédé le 24 octobre 1961 à Napierville (Québec).

Après avoir fait ses études primaires à Montgéron (Essone), W. W. Stone, dont les parents sont retournés à New York, complète ses études au Mounet's Private School de Long Island. En 1902, il est au Bethleem University de New York puis est admis au bureau de l'état en 1911 où il entame une brillante carrière au By-Law Office d'Albany (capital de l'état de New York).

En 1925, il donne ses premières conférences (en français) à l'Université de Napierville où on lui offre la chaire des affaires courantes mais dès 1930, sa voix profonde et modulable à souhait l'appelle à titre de procureur de l'État à poursuivre une série de criminels notoires (dont Jess Hahn, Les frères Sexton, la chanteuse Peggy McMahon et le bootlegger Fred «The Mark» Sullivan) et ce, jusqu'en 1945 adate à laquelle il se tourne vers la pratique privée fondant son propre cabinet sous le nom de W. W. Stone (Paris, New York, Londres, Saint-Georges-lès-Baillargeaux et Napierville).

En 1950 il fait non seulement acquitter un client accusé de meurtre (dans un restaurant, en présence de multiples témoins) mais gagne un procès contre ses héritiers pour le nettoyage de ses vêtements.

En 1953 - il a alors 70 ans -, il entreprend, à la surprise de tous la défense de celui qu'on appelait alors l'ennemi public numéro 1 aux USA, Joe Carter, injustement accusé, selon lui, de divers crimes crapuleux. - À la surprise de tous, il le fait acquitter et en fait même un héros national. - Il s'avère, en effet, que ledit Carter n'est qu'un pauvre bougre s'étant tout simplement trompé d'imperméable dans un cinéma.

En 1954, il prend les intérêts de la population résidente du Quartier universitaire de l'UdeNap contre un promoteur de Chambly qui veut y faire construire un immeuble ne cadrant pas du tout avec la vocation culturelle de l'endroit. Gagnant cette cause, et sur le point de prendre sa retraite, il se joint au cabinet de Vatfair, Planter Hencourt où il sera conseiller jusqu'à sa mort, sept ans plus tard.

En 1956, le 3 septembre, il fut élu membre à vie de l'Ordre du Grand Marshall.

En 1958, il publie un livre de souvenirs intitulé «Oh ! What a Wonderful Time We Had » (Vatfair-Fair Publishing).


Retour, si vous êtes venu par là à : page d'accueil (tourisme)

Sinon, voir au : Napierville Daily

Ou encore à Nemrut Dag


© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru