Ottokar de Ribentrop

 

Ottokar de Ribentrop dit Ottokar de Klow, poète et chroniqueur d'origine allemande né vers la seconde moitié du XIVe siècle, mort au début du XVe (après 1411). Il est l'auteur d'une chronique syldave (rime) en plusieurs volumes de même que divers recueils de poésie publiés à partir du XVIe siècle.

Selon les notes biographiques qu'il nous a laissées, il aurait été au service de Gustav von Klkenzhein, fils du gouverneur de Klakenziebusch, et l'élève d'un certain Adolf Hittel de Braunau de qui il aurait appris son métier de peintre en bâtiment.

On ne possède aucun autre renseignement sur sa vie sinon qu'il collectionnait les psaltrions et les arbalètes miniatures et qu'il avait l'habitude de marcher à reculons de peur d'être assassiné.

De nature délicate et subtile, son oeuvre poétique se divise en trois parties :

La première consacrée essentiellement la deuxième guerre punique suscite peu d'intérêt ; on y retrouve des vers aux accents riches et mélodiques mais l'ensemble est gâté par l'intervention continuelle d'un choeur antique prévoyant des catastrophes qui ne se produisent jamais.

La seconde est plus personnelle et traite du rapport entre les citadins et les campagnards ; les montants qui sont mentionnés dans leurs continuels échanges commerciaux ont beaucoup servi à établir l'histoire économique de la Syldavie.

Finalement, la troisième partie est celle qui aura eu le plus d'influence sur la poésie syldave moderne et, par ses répercussions, sur la poésie féminine napiervilloise (voir le lien ci-dessous) ; elle traite essentiellement d'échanges commerciaux, de procédés manufacturiers et de métaux usinés.

Ottokar de Ribentrop est également l'auteur d'une feérie intitulée Noël en Samarie.

Il mourut noye après être reculé [1] dans un canal près de la Schlampe, rivière tributaire du fleuve qui traverse la ville de Klow.

[1] Le verbe reculer se conjuguait avec l'auxiliaire être l'époque.


Voir : Quelques aspects de la poésie féminine napiervilloise au XIXe siècle

et : Fawzi Malhasti - Poèmes sur les métaux usinés

Voir également : Théodore de Banville et Montesquiou


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru