Willibrod-Monchert Tunkunc, s.p.

 

Petit-fils du célèbre docteur Charles-Whilhem Tunkunc, inventeur du fauteuil qui porte son nom[1] (et qui, rappelons-le, a fait fureur à Vienne en 1898 [2]),  Willibrod-Monchert Tunkunc est né à Paris le 2 janvier 1941 mais aussi le 4 et le 9.

Après de brillantes études au Lycée de la Monarchie-de-Juillet, il passe chez Dutronc puis chez Jérôme où il apprend le chant, la danse et la comédie.

Il fait ses débuts en 1962 dans Titonius Andronicus de Louis Marshall, dit Le Bègue (rôle de Picpus) mais après plusieurs rôles secondaires, il décide de passer au cinéma où son physique le cantonne malheureusement dans des rôles plus ou moins de démesure.

Après avoir été l'invité surprise à plusieurs émissions culturelles - dont une série de quizz portant sur la littérature (radio et télévision) -, il écrit son premier roman en 1967,  Une taupe chez les Martiens qui est tout de suite suivi d'un essai philosophique Les états conscients de l'inconscience, de deux livres de cuisine (dont un sur le rutabaga), des souvenirs de voyage et une pièce de théâtre (Je te ferai voir) pour laquelle il décide de remonter sur scène dans le rôle (secondaire) d'Armand Petipied.. Cette pièce connaîtra un succès foudroyant :  465 représentations au Théâtre de La Petite Main suivies de diverses tournées dans la toute la France, en Belgique et au Luxembourg.

En 1972, spcialiste en TCM, il se joint à la firme de consultants CTR-TCM de Nantes où il participe activement l'élaboration des documents de base pour les normes de la CCFI, parties 15 et 16, et de la norme NE5P50022 pour l'Europe. - Associé en 1972, il est le délégué officiel pour la France au sein du comité de travail de la TCM-SISPM sur les interférences gouvernementales en matière d'art, participant activement au développement de ce qui allait devenir le Comité pour la Protection des Droits de Publications Inter-Culturelles quelques années plus tard. - élu président de la TCM-UV en 1977, il est nommé responsable de la diffusion de tous les communiqués de la TCM-CHUMA pour l'Europe de l'Est et les Antilles Mineures mais abandonne ce poste pour une reprise (en 1978) de Je te ferai voir au Théâtre de la Statue (El teatro del Statua) au Caraguay.

En 1980, il se tourne du côté de la musique sérielle mais devant le peu d'intérêt qu'il rencontre (surtout auprès de l'intelligentsia de Lunéville, là où il s'est installé), il devient revendeur de réfrigrateurs à la sauvette dans le métro puis, après plusieurs autres voyages en Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Pérou, Caraguay), il entreprend l'année suivante, à quarante ans, l'étude des tmèses  pour se tourner immédiatement vers les langues administratives, les communiqués gouvernementaux  et les sciences de la sécurité, des religions et des services sociaux. - Sous la directive de Madame Gloria Globandmail de l'Université de Napierville, il complète un premier doctorat en phrénologie assistée en 1984 suivi d'un deuxième, en 1986, en sciences approximatives (sa thèse s'intitule Sarah).

Pique-assiette, conférencier, invité de marque, pigiste, homme de son temps, il rédige depuis plusieurs années des chroniques et commentaires dans divers journaux et revues dont la Gazette de Saint-Romual-d'Etchemin (et d'Esch-sur-Sûre), Le Temps (de Saint-Affrique, chef-lieu de l'Aveyron, sur la Sorgues) et, sous divers pseudonymes, dans le Moniteur de Saint-Agrève (Ardèche), le Saint-Aignan Daily (Loir-et-Cher), l'Eparpillé de Saint-Alban-Leysse (Savoie) de même que d'autres journaux de moindre importance tout en étant scripteur à France Culture.

Ses articles de fond sur le Saint-Siège, la cacophonie, l'influence afghane au Moyen-Orient, le théâtre de Feydeau, la mécanique ondulatoire, les maisons ossature de bois et l'hindouisme ont fait école.

Aviseur technique auprès de divers gouvernements de coalition, Willibrod-Monchert Tunkunc a publié, en outre, un vade macum pour les membres de la magistrature, un manuel scolaire et un traité sur les fleurs grimpantes intitulé La châtelaine souriante.

Dernièrement, il était premier emballeur dans un super-marché de Saint-Aubin-sur-Mer (Calvados). - J'y poursuis des études en alimentation, nous expliquait-il.

Willibrod-Monchert Tunkunc est également chanteur et guitariste. - Voir Ma p'tit' Mimi (de Thodore Botrel).

Le Docteur Tunkunc est membre de l'Association des Pyrotechniciens de Lislet, des Pêcheurs en Haute-Montagne de Tracy, de l'Association des Anciens de l'UdeNap, de la Confrérie des Conférenciers Anonymes et des Redresseurs de Trombones de Saint-Chély-d'Apcher, en Lozère.

Statue équestre Saint-Brice-en-Coglès (Ille-et-Vilaine).

On peut écrire au Professeur Tunkunc : voir mailing


[1] Le fauteuil Tunkunc, dit extatique, le docteur Charles-Whilhem Tunkunc ayant été, bien avant que cela fut la mode, spécialisé dans la psychothrapie comportementale et cognitive de même qu'en hypnose médicale ericksonienne et plus particulièrement le coaching pesonnel. (Sur rendez-vous seulement)

[2] Cité par Georges Feydeau (La dame de chez Maxims, acte 1, scène 18) qui dit du docteur Charles-Whilhem Tunkunc qu'il était le fournisseur officiel du docteur Petypon et de toutes les bonnes cliniques renommées en France, voire à l'étranger.
(Propos rapporté par son petit-fils). Voir [3] texte ci-joint.

[3] Rapport à la chose dont nous parlions, dans le courrier des lecteurs en date du 15 juillet 2002 - réponse à une lettre de Madame Eugnie T. de C. -, nos lecteurs pourront comprendre, ici, la subtilité d'insérer en une même ligne les mots voire et voir aux significations fort différentes.

 


Voir Docteurs et médecins et Marcel-Alexandre Bertrand


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru